ACTIVITÉS

Catégorie : Uncategorised
Publication : lundi 15 avril 2019
Écrit par Administrator

                             

                                                                                 

                                                                              

       « Hôpital de pneumo-phtisiologie « Chakib Saad Omar »

                                                                                   

                                            Le cancer du poumon

 

  • Le cancer qui constitue la deuxième cause de décès dans le monde a fait 8,8 millions de morts en 2015.
  • Près d’un décès sur 6 dans le monde est dû au cancer.
  • Environ 70% des décès par cancer surviennent dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.
  • Le tabagisme est le facteur de risque le plus important du cancer responsable d'environ 22% du total des décès dus au cancer 

 

Le cancer est une cause majeure de décès dans le monde à l’origine de 8,8 millions de décès en 2015.

Les principaux types de cancer sont les suivants:

  • cancer du poumon (1,69 million de décès);
  • cancer du foie (788 000 décès);
  • cancer colorectal (774 000 décès);
  • cancer de l’estomac (754 000 décès);
  • cancer du sein (571 000 décès)

Le diagnostic précoce du cancer permet de sauver des vies et d’abaisser le coût du traitement

 

Le tabagisme est le facteur de risque le plus important du cancer responsable d'environ 22% du total des décès dus au cancer .

 

                                     Les facteurs de risque

 

                                                                                       

 

                             

                                                  VIVRE AU QUOTIDIEN AVEC SA BPCO

                                                    

                                                           

 

 

                             Maladie Respiratoire Chronique

 

 

 

        

 

Les maladies non transmissibles ou chroniques sont des maladies de longue durée d’évolution généralement lente.

 

Les 4 principaux types de maladies non transmissibles sont:

 

  • les maladies cardio-vasculaires (telles que les crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux)
  • le cancer
  • les maladies respiratoires chroniques (telles que la pneumopathie chronique obstructive et l’asthme)
  • et le diabète

 

18,1 millions de nouveaux cancers dans le monde  en 2018 contre 14 en 2012

Un homme sur cinq et une femme sur six dans le monde développeront un cancer au cours de leur vie.

Un homme sur huit et une femme sur onze meurent de cancer

Le cancer du poumon est de loin le plus meurtrier avec 1,8 million de décès

Un tiers à deux cinquièmes des nouveaux cas de cancer pourraient être évités en éliminant ou en réduisant l'exposition à des facteurs de risque connus liés au mode de vie et à l'environnement

 

Les maladies non transmissibles (MNT) tuent chaque année 41 millions de personnes, ce qui représente 71% des décès dans le monde.

Chaque année, 15 millions de personnes, âgées entre 30 à 69 ans, meurent d’une maladie non transmissible; plus de 85% de ces décès «prématurés» surviennent dans les pays à revenu faible ou intermédiaire

 

    

 

On estime à 1 milliard le nombre de fumeur dans le monde dont 80% vivent dans les pays en voie de développement

Les fumeurs meurent en moyenne
 10 ans plus tôt que les non-fumeurs

1 fumeur sur 2 d’un paquet /jour mourra d’une maladie liée au tabac

     

 

 

      

             

 

Qu'est-ce que l'asthme ?

L'asthme est une maladie inflammatoire du système respiratoire caractérisée par une fermeture variable et intermittente des bronches

Quelles sont les manifestations habituelles de l'asthme ?

Les principaux symptômes de l'asthme sont la toux, les sillements, l'oppression thoracique, les crachats et l'essoufflement. Les manifestations de la maladie peuvent varier spontanément avec le temps, ou suite au contact avec certaines substances. Un contact avec des irritants respiratoires pourra encourager la fermeture des bronches et occasionner des symptômes, alors que des médicaments qui les ouvrent les soulageront.

 

Qu'est-ce que l'hyperréactivité bronchique ?

Il s'agit d'une propriété qu'ont les bronches des personnes asthmatiques à réagir à des stimuli auxquels ils ne devraient pas normalement réagir tels les odeurs fortes, certains irritants, l'air froid ou l'exercice.

 

Est-ce que l'asthme peut se guérir ?

Non et habituellement l'asthme persiste toute la vie durant. Il existe quelques cas de rémission, quand même assez rares chez l'adulte. Chez l'enfant, on peut voir une rémission à l'adolescence chez environ la moitié des enfants. Parmi les facteurs qui peuvent encourager la persistance de l'asthme à l'âge adulte, on retrouve le tabagisme des parents et l'exposition à des allergènes domestiques comme les animaux ou les acariens auxquels l'enfant est allergique. Si l'asthme n'est pas bien traité dans l'enfance, il peut avoir tendance à persister à l'âge adulte. Des études récentes ont démontré que même les gens qui pensent avoir vu leur asthme disparaître continuent à avoir certaines anomalies des bronches comme une légère hyperréactivité bronchique qui peut causer cependant peu de symptômes.

 

Est-ce qu'on peut mourir d'asthme ?

Il est très rare que l'asthme puisse être fatal. Cependant, certaines personnes avec un asthme extrêmement mal contrôlé ou très labile sont décédées de leur asthme. Une telle chose ne devrait jamais se produire si l'asthme est bien contrôlé (maîtrisé).

 

Est-ce que l'asthme est la même chose que l'emphysème ou la bronchite chronique ?

Non, contrairement à l'asthme, la bronchique chronique et l'emphysème sont principalement dus au tabagisme. Dans l'emphysème, les produits toxiques de la fumée de tabac peuvent détruire progressivement le poumon, qui perd alors son élasticité et cause un affaissement des bronches. Dans la bronchite chronique, on retrouve une augmentation persistante de la production des sécrétions bronchiques. Avec le temps, une obstruction bronchique irréversible s'installe. Une personne peut souffrir à la fois de bronchite chronique et d'emphysème

 

Est-ce que le tabagisme nuit à l'asthme ?

Absolument. Premièrement, les personnes asthmatiques qui sont exposées à la fumée des autres (tabagisme secondaire) peuvent faire des crises d'asthme ou voir leur asthme s'accentuer. L'asthmatique qui fume pourra moins bien réagir aux médicaments et l'asthme pourra lui causer plus de problèmes. Il est très important, encore plus pour l'asthmatique, d'éviter à tout prix le contact avec la fumée de cigarette.

 

Quelles sont les causes de l'asthme ?

Quels sont les facteurs déclencheurs d'asthme ?

Il existe deux grandes catégories de facteurs déclencheurs de symptômes d'asthme : les facteurs inflammatoires et les facteurs irritants. Les facteurs irritants ont pour effet de provoquer des symptômes facilement éliminés avec la prise d'un bronchodilatateur à action rapide (pompe généralement bleue) alors que les facteurs inflammatoires peuvent causer des détériorations plus marqués et plus prolongés de l'asthme.

 

Quels sont les facteurs inflammatoires et pourquoi sont-ils dommageables ?

Les principaux facteurs inflammatoires sont les allergènes, certains produits industriels et les infections respiratoires. Ils sont plus dommageables car ils augmentent l'inflammation bronchique responsable de l'aggravation et de la persistance des symptômes.

 

Quels sont les facteurs irritants et comment agissent-ils ?

Les principaux facteurs « irritants » bronchiques sont les odeurs fortes, les polluants atmosphériques, l'air froid et les changements brusques de température et l'activité physique. Les facteurs irritants font se contracter les bronches et provoquent ainsi des symptômes d'asthme habituellement de courte durée. Ils sont incommodants mais ils n'augmentent généralement pas l'inflammation bronchique

 

Quels sont les facteurs déclencheurs à éviter le plus possible à la maison ?

La mesure la plus importante est sans contredit d'éviter d'être en présence des allergènes auxquels la personne asthmatique est sensibilisée. Les mesures les plus souvent recommandées sont : le retrait des animaux, des tapis et l'utilisation de housses anti-acariens (voir section sur l'environnement). De plus, un environnement sans fumée est nécessaire. Ces mesures sont les plus efficaces pour éviter d'aggraver l'inflammation bronchique et conséquemment mieux maîtriser l'asthme.

                                                                                   

                                                                              

 

 

 

 

                                                                                                      

 

 

 

 

 

Accueil

Catégorie : Uncategorised
Publication : lundi 15 avril 2019
Écrit par Administrator

MOT DU MINISTRE :    

Plateau Technique

Catégorie : Uncategorised
Publication : lundi 15 avril 2019
Écrit par Administrator

                      Hôpital de pneumo-phtisiologie « Chakib Saad Omar 

 

Les nouveaux outils de diagnostic de la tuberculose disponible à l’hôpital de Pneumo-Phtisiologie Chakib Saad

Lire la suite : Plateau Technique

MULTIMÉDIAS

Catégorie : Uncategorised
Publication : lundi 15 avril 2019
Écrit par Administrator

Présentations

Catégorie : Uncategorised
Publication : lundi 15 avril 2019
Écrit par Administrator

                     HISTORIQUE DE L 'HÔPITAL 

 

En 1967 l’actuel Centre de référence pour la lutte contre la tuberculose portait le nom du dispensaire ANDRIEUX  qui fut remplacé en 1974 après sa reconstruction par l’actuelle appellation « Centre de pneumo-phtisiologie Paul Faure » en l’honneur du Médecin Colonel Paul Faure qui a organisé l’ensemble du service médical en redéfinissant la place de la lutte contre la tuberculose et son budget.

            C’est une structure reconstruite progressivement composée de 4 pavillons d’hospitalisation dont le pavillon Villemin fut construit en 1967, le service Laennec en 1970, le bâtiment central en 1974 et le service Calmette en 1987 avec une capacité d’hospitalisation de 210 lits.

            1952 : Djibouti possède une structure spécifique de lutte       antituberculeuse, l’hospitalisation se faisait à l’hôpital Peltier qui disposait à cet effet d’un pavillon de quelque 70 lits.

Il existait un embryon du centre antituberculeux au dispensaire Pierre Pascal.

            1958 : le colonel Paul Faure a réorganisé l’ensemble du service médical et a redéfini la place de la LAT et son budget.

1967 : les services d’hospitalisation de l’hôpital Peltier ont été transférés au dispensaire « Andrieux » rebaptisé en 1974 lors de sa reconstruction centre de Pneumophtisiologie « Paul Faure » En 1968, la vaccination B.C.G. est rendue obligatoire pour les enfants de 0 à 5 ans.

1964 : les activités de lutte antituberculeuse ont été étendues aux centres médicaux hospitaliers de quatre districts de l’intérieur (Dikhil, Obock, Tadjourah et Ali Sabieh qui on été doté chacun d’un pavillon d’hospitalisation de 16 lits respectivement en 1972, 73, 74 et 75.

            1984 : un ensemble des moyens techniques a été mis en place. Et en 1985-86, le laboratoire du Centre Paul Faure devient le centre national de référence.

 

Mission

            Les missions de l’hôpital sont définis par l’article 19 de la loi N° 48/AN/99/4éme L du 03 juillet 1999 portant orientation de la politique de santé: l’HÖPITAL de pneumo-phtisiologie Chakib Saad est un structure de référence nationale en matière de diagnostic et prise en charge de la tuberculose et de l’ensemble des maladies respiratoires avec les capacités techniques définies. Il assure des prestations de soins ambulatoires ou en hospitalisation de court et moyen séjour.il participe de concert avec les autres structures sanitaires compétentes, aux actions d’enseignement, de formation et de recherche, de même qu’il concourt aux stratégies nationales de contrôle des maladies transmissibles et non transmissibles

  Il jouit de l’autonomie de gestion et de l’autonomie financière. L’organisation et le fonctionnement de l’Hôpital Chakib Saad sont définis dans le cadre de la loi hospitalière», mais aussi par l’Article 7 de la loi N°63/AN/99/4ème L du 23 Décembre 1999 portant réforme hospitalière : « Ces établissements garantissent l’égal accès de tous aux soins qu’ils dispensent. Ils doivent être en mesure d’accueillir toutes les personnes dont l’état requiert leurs services, de jour comme de nuit, éventuellement en urgence. Ils sont tenus d’accueillir et de traiter les patients qui leur sont régulièrement référés, ou de leur trouver un lieu de soins adaptés à leur état. Ils dispensent aux patients les soins préventifs, curatifs ou palliatifs que requiert leur état et veillent à la continuité de ces soins, à l’issue de leur admission ou de leur hébergement, en liaison avec les autres structures et les professionnels de santé.

 

Catégories sociales des Patients

  • Payants : Toutes personnes se prenant en charge en s’acquittant de leurs frais à un tarif de base, au guichet principal,
  • Prises en charges : Toutes personnes détentrices d’une prise en charges délivrées par leurs employeurs,

Indigents : Toutes personnes reconnues par l’Administration comme étant sans ressources.   (Certificat d’Indigence).

 

 

soins:

Les services d’hospitalisation : 156 lits

Deux services des contagieux :           Un service d’hospitalisation pour femmes et enfants

            Un service de non contagieux et autres pathologies respiratoires non tuberculeuses

            Un service des urgences pour les patients en détresse respiratoire.

 

service Villemin pour les nouveaux cas et rechutes de tuberculose pulmonaire à microscopie positive         service des Multirésistants                        

 

SOINS AMBULATOIRES :

 

         Consultation des spécialistes en pneumo-phtisiologie

         DOTS (traitement directement observé par le personnel soignant chez le patient tuberculeux suivi en externe.),

         Offre son plateau technique moderne  à l’ensemble des structures sanitaires,

         Services social,

LES URGENCES:

 

Plateaux  Techniques

 

Un service de Laboratoire de référence national de la tuberculose niveau III

Service de biologie moléculaire          Service de bacilloscopie          Service d’hematologie/biochimie

Culture (milieu solide et liquide (MGIT))

Antibiogramme

            Examen direct de BK

GENEXPERT            Bilan sanguin standard

 

  1. Un service de radiologie
  • un appareil est fonctionnel

Les examens effectués :

  • Radiographie standard
  • Thorax
  • Osseux

 

  1. Un service d’exploration de l’appareil respiratoire
  • 2 fibroscopes; 1 adulte

                             1enfant

  • Ponction pleurale, biopsie et autres actes invasifs sont aussi réalisés.

 

  1. Un service pour le conseil et dépistage du VIH :

         le traitement préventif par le cotrimoxazole;

         Dispenser les soins et le soutien aux personnes touchées par le VIH/sida;

         le traitement antirétroviral

  1. Une pharmacie hospitalière : qui s’occupe également de l’approvisionnement de toutes les structures sanitaires du pays en médicament antituberculeux.

 

 

Ressources Humaines : (87)

         ,29 Administratives

         16 Techniciens supérieur

         36 Technicien de la sante

         06  Médecins

.

ADMINISTRATION :

            Le directeur

            Une sous direction médicale

            Une sous direction des soins infirmiers : avec un service d’hygiène hospitalière ; un service de la gestion des soins et la formation continue et un service des affaires sociales et l’information sanitaire.

            Une sous direction administrative et financière : Ressources Humaines, Admission, Approvisionnement,  entretien, Maintenance.

Les Bureaux des Admission, Archivage et Documentation

  Création d’un nouveau B.A A D,, avec un servic d’accueil e,d’information et d’orientation  des malades ;  pour  assurer une   meilleur gestion, quelque soit leurs catégories  sociales (définies sur les documents d’accès) , et leurs rendre les visites  avec moins de souffrances, le tout dans un cadre approprié

 

L’Hôpital Chakib Saad est  la référence nationale, équipé des matériels d’analyses modernes, les plus performant.